Enfin un plaidoyer pour la transparence du Big Data

La Fédération mondiale des annonceurs (la plupart des grands annonceurs internationaux, soit environ 90% des dépenses publicitaires mondiales), vient de publier un manifeste pour la transparence dans  le « Big Data » .

C’est un événement majeur dans la moralisation en marche de la publicité en ligne, dans la perspective de la mise en place du RGPD et de la prochaine directive européenne e-privacy et -aussi – après le scandale Facebook sur le vol de millions de données personnelles à des fins de manipulation politique.

L’idée : La WFA reconnaît que, pour les marques, il est vital « de faire ce qu’il faut  » en ce qui concerne les données personnelles recueillies.

Le mea culpa :

  • La façon dont les données ont été collectées et utilisées par certains opérateurs a largement contribué à réduire la confiance dans la publicité en ligne, alors que la data devenait de plus en plus importante dans la création, le ciblage et la délivrance des messages.
  • La WFA reconnait que les gens ont un droit fondamental à ce que les informations les concernant demeurent privées s’ils le souhaitent, et que les annonceurs ont pour  devoir de « re-calibrer » la façon dont eux, leurs agences et les GAFA exploitent les données recueillies.
  • Il y a un avenir durable pour la publicité digitale seulement s’il est construit sur le respect des données privées, si les consommateurs disposent d’ une réelle transparence sur celles-ci pour les aider à décider si, où, quand, comment ils partagent ces données.

Les engagements

  1. Politiques/process  : ils devront être éthiques, les données sourcées de façon transparente, sécurisée, garantie, auditable.
  2. Minimisation des collectes ( seulement ce qui est nécessaire pour une expérience publicitaire de qualité)
  3. Contrôle exercé par les consommateurs sur leur propres données, et choix absolu  de ce qui est partagé  et utilisé
  4. Management actif de la supply chain avec parfait respect des principes d’  « accountability » et de transparence pour savoir à tout moment ce qui a été collecté et utilisé principes qui s’appliquent aux marques et à tous leurs sous-traitants dans ces opérations.

Le plaidoyer  

  • La WFA fait un appel solennel à toute l’industrie de la publicité digitale pour un changement fondamental des pratiques pour créer un écosystème construit sur la confiance, le contrôle et le respect des données personnelles.
  • Elle va créer une plateforme d’échange entre toutes les parties-prenantes pour déboucher sur les « best practices » dans un esprit « people first » et non plus  « data first »
  • La WFA se fera l’avocat des pratiques responsables, challengera et révèlera les pratiques existantes, se fera le champion de l’innovation et d’un cadre règlementaire dont la priorité sera la protection des données personnelles.
  • Elle est persuadée qu’un futur où les consommateurs disposent d’une transparence totale, du choix et du contrôle de leurs données, créera plus de confiance dans la publicité digitale, des relations marques/consommateurs plus durables et- finalement-  un meilleur marketing.

 

SC REVIEWS s’est souvent exprimé ici sur les dérives concernant la publicité digitale, telles la fraude, le harcèlement insupportable du consommateur et l’effrayant (et stupide) court-termisme de ces pratiques pour les marques.

Nous considérons que ceci est un virage majeur . Le début du commencement du retour de la sagesse ? Acceptons-en l’augure.